16/01/2016 – PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE : CÉRÉMONIE DE PRÉSENTATION DES VŒUX 2016

PRM_20160108

16/01/2016 – PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE : CÉRÉMONIE DE PRÉSENTATION DES VŒUX 2016

Discours de Monsieur le Président de la République de Madagascar à l’occasion de la Cérémonie de présentation des vœux 2016 au Palais d’Etat d’Iavoloha.

« Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

C’est avec un profond et immense plaisir que mon épouse et moi-même vous souhaitons la bienvenue pour célébrer ensemble la nouvelle année dans ce rituel des voeux qui a traversé toutes les républiques depuis l’indépendance de Madagascar. Comme le dit un proverbe malgache, ce que nous offrons ce jour est à la hauteur de ce que nous sommes et de ce que nous pouvons, mais bien en dessous de ce que vous tous ici représentez pour nous.

Vous, amis de très longue date, partenaires de toujours, vous, Monsieur le Doyen du Corps diplomatique pour ces propos aimables, pleins de bonnes perspectives, pleins d’espoir, que vous avez formulé à notre intention. C’est vrai, on peut rêver, mais comme on a commencé le travail, on amènerait ces rêves vers la réalité. Vos propos illustrent une fois de plus la solidarité agissante de votre présence à nos cotés.

Nous venons de tourner la page de 2015 et terminons ainsi une deuxième année de travail et de dur labeur ; l’année 2015 a été une année d’épreuve pour le pays et pour le peuple malgache, nous avons vécu les effets néfastes du dérèglement climatique en recevant au début de l’année de fortes pluies créant des inondations, alors que de l’autre coté, dans d’autres régions, nous avons constaté, paradoxalement, de fortes sècheresses. L’année 2015 a aussi été une année d’épreuves politiques, mais d’espoir par cette marche vers la stabilité politique et le lancement du développement économique, l’AGOA en est la preuve, des milliers d’emplois déjà été créés.

Je voudrais remercier de tout coeur la communauté internationale pour les soutiens de différents ordres qui nous ont été accordés ainsi qu’à la population malgache. Maintenant je peux vous le dire, accueillons avec joie et optimisme l’année 2016 et comme le suggère ce décor particulier, l’année 2016 sera une année à forte résonnance internationale pour Madagascar : nous avons devant nous les drapeaux des pays membres du COMESA dont nous aurons l’honneur d’accueillir la rencontre au sommet en octobre et dans la foulée, en novembre, nous accueillerons le Sommet de la Francophonie . Symboliquement, ces deux grandes rencontres au sommet consacrent le retour de Madagascar dans le concert des nations. Pendant les deux années précédentes, nous avons déployé nos efforts et notre énergie afin de retisser nos liens avec le monde, après les années de rupture.

Cette année 2016, c’est le monde qui vient à nous et nous nous attacherons à être à la hauteur d’un tel honneur et des opportunités de valeur ajoutée que nous devront transformer en projets économiques, sociaux et culturels par la suite. Je prendrais comme exemple le thème proposé par Madagascar pour ce sommet de la Francophonie et acceptée par la 31ème session de la conférence ministérielle de la Francophonie en octobre 2015 à Erevan, « Croissance partagée et développement responsable, les conditions de la stabilité dans le monde et dans l’espace francophone », ce thème résume à lui seul un nouveau paradigme valable à l’échelle planétaire comme à l’échelle de chaque pays.

Dans mon discours en langue malgache tout à l’heure, j’évoquais tous les efforts que nous avons consentis au bénéfice des plus vulnérables de nos compatriotes du point de vue de la santé, de l’éducation, de l’inclusion économique et sociale, car on ne peut pas accepter de prendre en main la destinée d’un pays et oublier ceux qui en constituent le socle, comme on ne peut pas non plus bâtir un monde meilleur sans apprendre aussi des pays qui ont le plus endurés le plus d’un système réputé infaillible et dont on découvre aujourd’hui les limites.

Avec ces 80 pays de l’espace francophone, nous avons l’opportunité d’apporter ensemble notre coup de crayon au tracé de ce monde meilleur.

Le Sommet du COMESA, lui, contribuera renforcer les liens économique au sein du continent africain, berceau de l’Humanité et porteur de la croissance mondiale dans les années à venir. Avec les pays aux parcours divers et similaires, quant au fond, nous aurons certainement aussi, beaucoup d’expériences à partager et de solidarité à tisser pour une croissance qui n’oublie pas l’humain et une présence gagnante dans l’économie mondiale à la mesure des richesses dont nous disposons.

Evidemment, toutes ces perspectives n’ont de sens que si nous nous donnons les outils de la réussite dans un environnement qui permette d’avancer avec détermination et sérénité.

L’une de mes plus grandes préoccupations pendant ces deux années a été de parvenir à la stabilité politique. Vous n’êtes pas sans savoir par quelles épreuves les institutions et nous-mêmes sommes passés pendant l’année 2015, mais malgré les vicissitudes inhérentes à ce que sont encore nos pratiques politiques, les élections communales ont eu lieu dans le calme ainsi que les sénatoriales qui remontent à quelques jours. Encore une fois, la culture de paix l’a emporté parce que telle est la nature du peuple malgache.

Ces élections on tracé aussi une nouvelle carte politique de Madagascar, à partir du suffrage universel et à partir des grands électeurs. Il s’agit maintenant de renforcer cette stabilité politique institutionnalisée et sur cette base, d’accélérer la relance économique déjà entamée avec le rassemblement de toutes les volontés patriotes.
Nous sommes conscients des efforts qui restent encore à accomplir en matière de gouvernance, en matière de lutte contre toutes formes de corruption, en matière d’insécurité dans le territoire, cette prise de conscience devra désormais se traduire en actes rapides et en résultats probants.

Il s’agit maintenant d’appliquer l’esprit des RRI que nous avons adopté et de l’harmoniser avec ce qui impacte plus directement sur le mieux-être de la population : c’est le challenge auquel l’équipe gouvernementale devra faire face avec compétence, volonté, rapidité et efficacité.

Je voudrais vous dire aussi que la dimension climatique est intégrée à notre stratégie de développement économique, social et culturel. Nous avons un gisement considérable de ressources naturelles, l’ensoleillement, les fleuves et les rivières, la biomasse, pour miser de plus en plus désormais sur les énergies renouvelables. Plus que jamais, avec les décisions de la COP 21, notre capital naturel prend de la valeur et c’est pour cette raisons que nous nous sommes félicité d’avoir pu apporter notre pierre, si modeste soit-elle, à ce résultat historique de la COP 21.

Encore une fois, il s’agit maintenant d’en tirer les conséquences sur les partenariats recherchés, les filières à créer à partir de l’éducation jusque dans la formation. Une telle révolution est une opportunité pour redessiner la carte des emplois à venir.

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Nous vivons dans un monde en pleine mutation, traversé de crises de toutes sortes, dues au rééquilibrage des forces multiformes qui dominent le monde et dont les effets croisés ou collatéraux nous concernent tous. Le terrorisme est aujourd’hui l’une des menaces transfrontalières qui entache, et parfois de manière très violente, ce début de millénaire. Depuis des siècles, Madagascar a été une terre de paix, d’harmonie et de respect mutuel entre les différentes formes de croyance, l’héritage des différents courants de population qui ont fini par constituer le peuple malgache d’aujourd’hui dans sa diversité. A ce peuple, comme à tous ceux qui nous font l’honneur de nous visiter, de travailler, de s’installer chez nous, c’est la première qualité du vivre ensemble que nous devons promouvoir et défendre. Soyez convaincus que nous sommes en train de prendre toutes les mesures nécessaires pour préserver cette valeur. Qui plus est, nous nous préparons à recevoir deux rencontres au plus haut niveau dans les prochains mois.

Devant cette nouvelle année qui s’ouvre devant nous, avec les défis qui nous attendent, nous savons pouvoir compter sur vos différents appuis, sur vos recommandations parfois abruptes, mais utiles, et toujours solidaires, c’est au nom du peuple malgache et des institutions de la république que je vous dis merci !

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Nous entamons une année de travail, au bout duquel nous espérons, comme le disait le poète, « Que les fruits ont passé la promesse des fleurs », que cette nouvelle année soit celle de la paix, celle de la prospérité et de l’équité. Que les efforts que nous ne manquerons pas de produire ensemble nous apportent la joie du travail accompli et trace un avenir lumineux pour les générations à venir.
Merci de l’espoir, de l’espérance que vous avez prononcé, Monsieur le Doyen, au nom de la communauté internationale, nous allons tirer des leçons sur les expériences de vos pays respectifs, de vos réussites pour la réussite de Madagascar, pour le bien être du peuple malgache : je crois qu’aujourd’hui, on peu rêver, on peut rêver parce qu’on va travailler, et je sais qu’en travaillant, on va y arriver.

Bonne année 2016 à tous et je vous remercie de votre aimable attention ».

Hery RAJAONARIMAMPIANINA Palais d’Etat d’Iavoloha,

Le vendredi 8 janvier 2016

Siteweb : www.presidence.gov.mg

DOMUMENTS

==> Discours en Malagasy 08/01/2016 (PDF)

LOCALISATION