Quand les Polonais étaient réfugiés en Afrique. Histoire inconnue

Lorsqu’à 20 ans Jonathan Durand se rend pour la première fois en Afrique, il a l’étrange sentiment d’être dans son pays natal.

«C'était inhabituel pour un jeune homme blanc du Canada», se souvient Durand. Ce n’est que progressivement qu’il commença à comprendre pourquoi l’environnement lui semblait si familier et si proche. Il s'est avéré que pendant la Seconde Guerre mondiale et quelque temps après, sa grand-mère polonaise vivait dans un camp de réfugiés dans l'actuelle Tanzanie. Ses récits sur une enfance extraordinaire passée au pied du mont Kilimandjaro ont laissé une impression durable dans l'âme du Canadien. – Lorsqu'une grand-mère polonaise raconte un safari au pied de la plus grande montagne d'Afrique, son histoire donne des ailes à l'imagination de l'enfant – dit Jonathan Durand dans une interview avec DW.

En tant que jeune étudiant en histoire, il était surpris qu'il lui soit si difficile de trouver des informations sur le passé de ses ancêtres. Son professeur n’avait également jamais entendu parler d’un camp de réfugiés polonais en Afrique. Durand commence peu à peu à se plonger dans leur histoire. Les témoignages sur la vie d'une grand-mère dans la petite ville de Tengeru, au nord de l'actuelle Tanzanie, ont motivé le cinéaste canadien à se lancer dans un voyage plein d'émotions. Il s'agissait de l'histoire d'origine de la famille Durand, qu'il présentait entre-temps lui-même sous la forme d'un film documentaire. Il s'intitule : « La mémoire est notre patrie » et a reçu le prix du public au festival du film RDIM à Montréal en 2018. Le film est le résultat de neuf années de recherche et de voyages de l'auteur en Europe de l'Est, au Moyen-Orient et en Afrique.

Une histoire complète de la migration

La grand-mère du cinéaste, Kazia Kołodziej (née Gerech), a vécu avec ses frères et sœurs et ses parents de 1942 à 1949 dans une hutte primitive en terre cuite au toit de chaume à Tengeru, une partie du Tanganyika – alors mandat britannique. La petite diaspora polonaise qui y vivait cultivait des légumes et produisait des chaussures, des nattes et d'autres articles en sisal. Au cours de nombreux voyages dans d'anciens camps de réfugiés polonais en Afrique du Sud, en Tanzanie et en Zambie, Durand, lors de conversations avec des résidents plus âgés, s'est convaincu qu'« ils avaient de bons souvenirs des Polonais et que c'étaient souvent leurs premiers contacts avec des Blancs ». Les anciens réfugiés gardent également un souvenir positif de la population locale. – Ils étaient jeunes à l’époque et cette rencontre internationale a marqué leur humanité. C'était une coexistence amicale. Parfois, ils ont même célébré des offices ensemble, confirme l'historienne et experte en migration Julia Devlin du Centre pour les réfugiés et les migrations de l'Université catholique d'Eichstätt-Ingolstadt.

Julia Devlin connaît bien le contexte de cette extraordinaire odyssée vieille de 19 000 ans. des Polonais qui ont atteint l'Afrique par diverses routes. Elle l'a présenté dans l'étude scientifique : « Déplacements et émigration : une odyssée polonaise pendant la Seconde Guerre mondiale » (Déportation et exil : eine Odysseee im Zweiten Weltkrieg) en 2014. Cette histoire a commencé avec le pacte de non-agression germano-soviétique Ribbentrop-Molotov. d’août 1939, par lequel l’Allemagne nazie a convenu de facto avec l’Union soviétique de diviser la Pologne et d’autres pays d’Europe de l’Est. Bientôt, les deux puissances envahirent le pays et commencèrent à procéder à un nettoyage ethnique. Des centaines de milliers de Polonais, dont des Juifs, furent déportés par les autorités soviétiques vers la Sibérie et le Kazakhstan, où la plupart d'entre eux travaillèrent dans des camps pénitentiaires et des fermes collectives. Cependant, en 1941, la situation des Polonais déplacés changea du jour au lendemain de manière inattendue.

De l'Iran à l'Afrique

Après l’attaque allemande contre l’Union soviétique, les Alliés ont conclu un accord avec le gouvernement soviétique pour combattre ensemble Hitler. En réaction à cela, le gouvernement polonais en exil du général Sikorski à Londres a établi des contacts avec l'URSS, exigeant que les autorités staliniennes libèrent les Polonais déportés et acceptent d'établir une armée polonaise en URSS. L'accord concernant sa création fut signé en décembre 1941. Les volontaires devaient se présenter dans le district de Buzuluk, sur la rivière Samara. Le général Władysław Anders devient commandant en chef de l'armée. Non seulement ceux qui voulaient combattre le nazisme sont venus à Bouzoulouk, mais aussi des civils avec des enfants, dans l'espoir de quitter l'Union soviétique une fois pour toutes. Finalement, 77 000 personnes au total l’ont quitté. militaires au sein de l'armée du général Anders et 43 000. civils – citoyens polonais – quelle que soit leur nationalité (Polonais, Juifs, Ukrainiens, Biélorusses). En raison de difficultés d'approvisionnement, l'armée et la population civile ont été transférées en Iran avec le consentement des autorités soviétiques. Après une formation appropriée, l'armée d'Anders s'est rendue en Italie. La population civile est restée là et elle ne savait pas quoi faire. – Personne ne voulait les accepter – explique Julia Devlin. En fin de compte, le gouvernement britannique La Grande-Bretagne a déclaré son aide, cherchant refuge pour eux dans les colonies britanniques et les territoires sous mandat britannique. Les anciens déplacés se sont ainsi rendus en Tanzanie, en Afrique du Sud, au Zimbabwe et dans d’autres régions sous influence britannique, non menacées par la guerre.

Grand-mère sur de vieux enregistrements

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les autorités responsables en Afrique ont exercé des pressions pour se débarrasser des réfugiés de guerre. − Les pays africains se sont battus pour leur indépendance et ne voulaient plus de reliques des autorités coloniales, explique l'historien allemand. Les Polonais ont quitté les pays africains et ont émigré vers la Grande-Bretagne, l'Australie et le Canada. « Ils ne pouvaient pas retourner dans leur pays, c'était un pays soviétique ».

La grand-mère de Jonathan Durand a émigré de Tanzanie en Angleterre en 1949. Elle y a rencontré son futur mari, ancien prisonnier du camp d'extermination de Majdanek. Ils partent ensemble pour le Canada en 1954. Outre les nombreuses pierres de la mosaïque historique, une découverte a particulièrement ému le cinéaste au cours de ses nombreuses années de recherches. À l'Institut et musée polonais. Sikorski à Londres, il a découvert des enregistrements vidéo provenant d'un camp de réfugiés en Tanzanie, où vivait également sa grand-mère. – J’y ai vu l’hôpital et un groupe de jeunes filles se dirigeant vers la caméra. Celle à l'extrême gauche, souriante et les bras croisés, était ma grand-mère, raconte Durand. Chaque fois qu’il voit ces clichés, il me donne la chair de poule. – Je vois cela comme une sorte de récompense.

L'article provient du site « Deutsche Welle »